transformer la gouache en peinture à l'huile

 Allé, avouez, j’ai piqué votre curiosité sur ce coup-là. Oui, j’ai pu transformer la gouache en peinture à l’huile. J’ai juste cassé un œuf ! Après une bonne année de recherche sur le sujet et la quête du médium parfait pour moi, il se trouve que j’ai trouvé chaussure à mon pied. Et vous savez quoi ? Je respire le bonheur et la joie de vivre. En fait, la Tempéra à l’œuf est une technique très ancienne, utilisée principalement à la Renaissance avant l’avènement de la peinture à l’huile. Je vais vous expliquer pourquoi je le fais, et comment je le fais. Donc, j’espère que ça vous sera utile.

1 – Introduction : qu’est-ce que la Tempéra à l’œuf ?

Le mot tempéra désigne toute peinture à la détrempe. C’est-à-dire que toute les tempéras utilisent l’eau comme diluant. Donc, la gouache et l’aquarelle sont, techniquement, des tempéras. La peinture à l’huile n’est pas un tempéra. Et pour cause. L’huile et l’eau ne se mélangent pas ensemble. Elles sont incompatibles. Pourtant, dans l’œuf, elles cohabitent parfaitement : on appelle ça une émulsion. Il y a donc une substance dans l’œuf permettant à l’huile et à l’eau de se mélanger. Une tempéra à l’oeuf est donc une peinture constituée de cette substance se diluant à la fois à l’huile et à l’eau.

La tempéra à l’œuf utilise le jaune d’œuf comme liant, c’est-à-dire comme “colle” à pigments. Elle se dilue à l’eau, traditionnellement. Elle est résistante au temps et ne jaunit pas. Mais elle sèche très vite. Au niveau du ressenti, je trouve qu’elle ressemble à l’enfant perdu de l’huile et de l’aquarelle : elle manque un peu d’opacité de par sa nature, mais elle s’applique par couches transparentes et brillantes de toute beauté. Une fois sèche, elle ne bouge pas : elle forme une couche solide qui emprisonne les pigments, et ne se dilue plus du tout. Elle est imperméable, comme l’acrylique. Pour la protéger des outrages de la nature, j’utilise un vernis. Rassurez-vous : une fois sèche, elle ne sent rien de rien du tout ! En plus, c’est un liant totalement naturel.

2 – Pourquoi utiliser la tempéra à l’œuf ?

transformer la gouache en peinture à l'huile
Transformer la gouache en peinture à l’huile… Et réaliser des tableaux, plein de tableaux !

Pour ma part, la sensualité des fondus et la brillance des glacis de l’huile me manquaient genre beaucoup. Je n’aime pas les essences, mais j’aime l’odeur de l’huile de lin. Ensuite, si j’aime la souplesse et la précision de la gouache, je n’apprécie pas en revanche qu’elle se dilue à nouveau lors d’un lavis. Enfin, l’huile sèche beaucoup trop longuement à mon goût. Je vis avec un tout-petit, rappelez-vous, et la peinture est très vulnérable aux traces de doigts de bébé curieux lorsqu’elle sèche. Et puis, il fait des solvants nocifs pour la diluer ou nettoyer le matériel.

Ainsi, transformer la gouache en peinture à l’huile grâce à la tempéra me permet de : 

  • Garder les aspects de la gouache qui me plaisent : précision de la ligne, opacité, fondus souples.
  • Compenser la transparence naturelle de la tempéra grâce à ma gouache de qualité.
  • Avec adjonction d’huile de lin, retrouver le plaisir des fondus et des glacis de l’huile et cette touche sensuelle.
  • Grâce à l’huile, allonger le temps de séchage de ma tempéra.
  • Grâce à l’œuf, raccourcir drastiquement le temps de séchage de mon huile, et se passer de solvants pour le nettoyage du matériel.

Aussi, pour moi, ce médium mi gouache, mi œuf mi huile me convient parfaitement. A terme, j’utiliserai des pigments purs, sans gomme arabique, pour faire mon mélange. En revanche, je compte toujours utiliser la gouache comme fond pour mes tempéra à l’œuf et à l’huile. Je vais vous expliquer.

3 – Comment transformer la gouache en peinture à l’huile ?

Voilà, nous entrons dans le cœur du sujet. Je vous ai vendu du rêve, il est temps de passer à la démonstration : comment transformer la gouache en peinture à l’huile. Alors, voici comme je procède – pour l’instant. Car mon process démarre tout juste son édification, et nécessite encore quelques ajustements.

Etape 1 : on prépare le matériel :

Premièrement, je démarre toujours lorsque tout est prêt. L’œuf est un produit organique, sensible aux bactéries, je ne le casse qu’au dernier moment. Donc, j’ai préparé mon fond à la gouache, ma palette, mes couleurs et mes pinceaux. Pourquoi un fond à la gouache ? Tout simplement parce qu’avec un fond bien opaque, je n’aurais besoin que d’une fine couche d’œuf à l’huile pour réaliser mes textures, mes lumières et qu’en se diluant dans son sillage, la gouache facilitera les fondus.

transformer la gouache en peinture à l'huile
Et voilà, tout est prêt ! Je n’ai plus qu’à casser un œuf.

Etape 2 : je prépare mon mélange tempéra – huile :

Je pars donc dans la cuisine avec un petit pot hermétique. Je casse mon œuf au-dessus d’une tasse, en gardant le jaune dans la coquille et je laisse le blanc couler au fond. En effet, l’huile de l’œuf et les composés permettant son émulsion se cachent dans le jaune. Le blanc contient essentiellement de l’eau et d’autres composés moins intéressants pour la peinture. Une fois le jaune isolé, je le prends entre mes doigts en pince, au-dessus du contenant hermétique, et je brise sa membrane. Le jaune va tomber dans le contenant, et il ne restera plus que le germe et la membrane entre mes doigts. Je jette ces derniers (la membrane et le germe, pas les doigts !). Je commence à touiller. Lorsque mon jaune est battu (le pauvre), j’ajoute l’huile de lin et je touille encore. 

Etape 3 : la peinture !

transformer la gouache en peinture à l'huile
Et voilà après une séance d’une heure. Des couleurs à l’œuf dans la palette, et une toile déjà presque sèche.

C’est le grand moment. Voilà comment je procède : je dépose une goutte de gouache dans ma palette. Je trempe mon pinceau dans l’œuf, et je mélange la gouache à l’œuf progressivement. Plus j’incorpore d’œuf dans ma gouache, et plus elle sera transparente et brillante.  Je pose ensuite mon pinceau sur le support et je peins. Lorsque ma couleur est déposée sur le support et lorsque je veux mêler deux plages de couleurs différentes, je trempe mon pinceau dans le liant seulement et je dilue les bords des deux plages pour qu’elles se marient ensemble. Au final, nous avons de beaux fondus, des glacis délicats et des effets de lumières subtils. Je dilue à l’eau lorsque j’ai besoin d’exécuter une ligne très fine.

On obtient aussi une surface brillante, qui devient légèrement plus mate en séchant. Mais rien à voir avec la matité de la gouache. En fonction des quantités d’eau et d’huile ajoutées, votre peinture mettra plus ou moins de temps à sécher : instantanément ou une journée. Nous sommes loin des trois semaines de l’huile !  Mon fond est prêt à recevoir la prochaine étape de ma peinture.

transformer la gouache en peinture à l'huile
Le rendu final de la surface, après 30 minutes et presque sèche partout. Une surface brillante comme l’huile.

Pour conclure :

Et voilà, vous savez comment transformer la gouache en peinture à l’huile à séchage ultra rapide. Cela résout pas mal de problèmes, à la fois de la vitesse de séchage des différentes techniques ou de la nécessité de détails ou de précisions dans certaines compositions. J’espère que cet article vous aura inspiré !

Sur ce, je vous souhaite bonne peinture à tous et à toutes ! 🙂

Artiste peintre et Chaman d'un monde qui n'existe pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × trois =