alternatives aux solvants toxiques pour la peinture à l'huile

On l’aime, notre peinture à l’huile. En tout cas, moi je l’adore. J’ai déjà dû vous transmettre mon enthousiasme pour cette technique à travers d’autres articles. Je trouve que les couleurs à l’huile ressortent d’une manière tout-à-fait unique. De plus, l’huile végétale est un excellent conservateur à pigments, et les enveloppent dans une couche protectrice. Parmi les quelques défauts de cette technique, on relève cependant une utilisation quasi systématique des solvants. Or ces solvants sont toxiques aussi bien pour nous que pour l’environnement et gâchent un peu le plaisir de peindre. Laissez-moi vous proposer quelques alternatives aux solvants toxiques pour la peinture à l’huile.

Le point sur les solvants :

Tout d’abord, je voudrais commencer en faisant un petit rappel sur la nécessité de ces solvants, et sur leur nature. Le solvant est le produit permettant de diluer la peinture à l’huile, sans ajouter d’huile. Ce produit est essentiel lorsqu’on peint en gras sur maigre. Dans les premières couches de peintures, on  va donc utiliser un médium composé de solvant, puis augmenter la part huileuse du produit au fur et à mesure. Les solvants servent aussi à nettoyer le matériel.

Aussi, parmi les solvants, on observe deux catégories. La première est celle des essences d’origine végétale, la seconde est d’origine minérale. Parmi les essences végétales, on retient l’essence de térébenthine ou l’essence d’aspic. Elles ont la particularité d’ajouter une résine au mélange. En revanche, elles sont très toxiques par inhalation. L’essence de pétrole raffinée est d’origine minérale. Produit issu de la pétrochimie, elle a la particularité de vraiment diluer la peinture sans ajout de résines, ce qui rend ce produit un peu moins intéressant pour une couche picturale. En revanche, il est moins toxique.

1 – Les huiles à l’eau

De nombreuses marques proposent aujourd’hui des tubes et médiums pour la peinture à l’huile qui se diluent à l’eau. Le côté pratique : tout se nettoie à l’eau et au savon, sans avoir recours aux solvants pour les nettoyer. Pour les premières couches, vous pouvez aussi remplacer les essences par l’eau afin de poser la première étape de votre peinture.

Les médiums tout prêts proposés par la marque Talens dans sa gamme Cobra peuvent vous permettre de travailler ensuite votre peinture. Ces derniers contiennent une résine synthétique et une huile modifiée. La gamme Artisan de Winsor & Newton propose des huiles – crues et une standolie – qui vous permettront d’enrichir votre pâte et de respecter les usages du gras sur maigre.

Personnellement, je les utilise comme des médiums à part entière. Je mélange l’eau aux huiles et j’obtiens une peinture tout-à-fait unique et singulière.

Fleurs d'eau - Aquarelle d'huile sur toile par Serely à vendre
“Fleur d’eau” – aquarelle d’huile sur toile, réalisée par Serely, à vendre.

2 – Les médiums “transformateurs”

Dans votre atelier, vous avez tout. Genre tout. Résines, essences, huiles crues pour broyer les couleurs, huiles cuites pour les premières couches de peintures, médiums préparés ou baume du Canada, couleurs toutes prêtes… Vous n’avez aucune envie de tout changer, et je vous comprends ! Pas de panique, certaines marques ont pensé à vous. Schmincke ou Lukas proposent un convertisseur. Le principe est de mélanger vos peintures et médiums avec une petite quantité de ce médium spécial afin de rendre vos matériaux miscibles à l’eau.

Il faudrait tester ces médiums avec des produits un peu exotiques, comme certaines résines, mais ils fonctionnent très bien avec les huiles et les peintures en tube. Mais dans l’idée, c’est la liberté totale. Vous pouvez choisir le type d’huile que vous souhaitez, sans dépendre de ce que propose les marques, et les nettoyer à l’eau sans aucun problème.

3 – Diluants et produits Green for Oil de Sennelier

Parmi toutes les alternatives aux solvants toxiques pour la peinture à l’huile, celle-ci est peut-être la moins contraignante. Vous faites tout comme d’habitude… Mais avec des produits non-toxiques et biodégradables. J’admire le coup de génie de la marque. Sennelier propose toute une gamme de produits spécifiques destinés à la peinture à l’huile : nettoyant, diluant, médium liquide, médium en pâte. Ce ne sont pas que des “copies” mais des médiums à part entière, avec leurs propres qualités et des effets spécifiques. Je pense qu’ils valent vraiment le détour.

4  – L’émulsion à l’œuf

Si vous cherchez un alternatives aux solvants toxiques pour la peinture à l’huile, je vous propose l’émulsion à l’œuf. Notamment pour le nettoyage de vos pinceaux. En mélangeant de l’huile à un œuf, vous obtiendrez un médium à séchage accéléré pour les premières couches de peintures. Et en trempant vos pinceaux dans l’œuf, vous pourrez les nettoyer facilement à l’eau et au savon.

5 – La sous-couche à l’acrylique ou le travail alla prima

Puisque le gras sur maigre nous impose parfois l’utilisation d’essences pour le travail de l’huile en couches, je propose de supprimer les étapes de construction des premières couches. Et pour ce faire, je vois deux solutions. Soit d’exécuter les premières couches à la peinture acrylique, soit de travailler alla prima.

A l’acrylique :

Cette méthode a plusieurs avantages. Tout-d’abord, le gras sur maigre est respecté, puisque l’acrylique est une peinture sans huile. Ensuite, le temps de séchage avant d’appliquer les glacis est drastiquement réduit. Le principe est donc très simple : on exécute à l’acrylique le maximum de sa composition, avant de se régaler en ajoutant les glacis à l’huile.

Alla prima :

C’est la technique des impressionnistes. Pour résumer, on exécute sa toile en une seule fois, par touches et fondus. Pas de glacis donc, mais une juxtaposition de couleurs. Cela nécessite un peu d’entrainement, car c’est une technique à part entière.

Pour conclure :

Je pense que les alternatives seront de plus en plus nombreuses au fur et à mesure des années. Avec la conscience écologique émergente, et surtout le besoin de ne plus s’exposer à des produits toxiques, ce besoin d’alternatives aux solvants toxiques pour la peinture à l’huile est de plus en plus pressant. De plus, je vois arriver divers médiums et essences alternatives sur le marché américain, et j’ai hâte qu’ils débarquent en France.

Si vous avez des suggestions, d’autres idées ou encore des corrections à apporter, je vous invite à me les faire parvenir en commentaires.

Sur ce, je vous souhaite bonne peinture à tous et à toutes 🙂

 

Artiste peintre et Chaman d'un monde qui n'existe pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

huit − un =