Trouver l'inspiration pour un tableau

Alors qu’on part dans les limbes de son imagination pour démarrer une nouvelle peinture, il peut nous arriver la panne sèche. Cette panne peut provenir d’un trop plein d’idées ou au contraire, d’une forme de lassitude. Donc, c’est un problème. Évidemment, j’ai des idées pour vous aider à le surmonter. Dans cet article, je vous propose plusieurs pistes pour trouver l’inspiration pour un tableau.

1 – Quelles sont les causes de la panne sèche ?

Si on identifie l’origine du problème, on a alors accompli la moitié du travail. Comme écrit dans l’introduction, un manque d’idées peut avoir plusieurs origines.

  • Par exemple, on peut se bloquer par peur de l’échec. Difficile de s’autoriser l’audace nécessaire aux idées de foufou lorsqu’on ne se sent pas à la hauteur.
  • La panne sèche de l’imagination est un résultat aussi d’un manque d’essence… N’oubliez pas que l’imagination se nourrit de votre mémoire et que le mélange se fait dans votre tête avant même d’être conscientisé. Nourrissez-vous !
  • Trop d’idées tuent l’idée. On s’emmêle les pinceaux, on ne parvient plus à trier le grain de l’ivraie. Dommage. Il faudrait prendre l’habitude de retracer le cours de ses pensées pour retrouver le fil.

“Ah oui mais j’ai l’impression d’être un peu des trois… J’ai du mal à savoir ce qui coince.” Oui c’est normal. Après tout, nous ne sommes pas tous égaux face à l’introspection. Alors je vous propose de tester plusieurs démarches, de les essayer vraiment, et de voir ce qui marche pour vous. On ne trouve pas l’inspiration pour un tableau dans une boite aux lettres. On a besoin de tester, toujours. Que ce soit pour trouver l’inspiration en elle-même, mais aussi pour son processus créatif.

Je pense que le principal problème, souvent… Est qu’on ne se donne pas le temps d’essayer. On se bloque, on se braque au premier petit échec survenu et on oublie d’apprendre quelque chose. Quelque soit votre problème, oubliez l’objectif de performance et gardez en vous la joie simple de créer pour le plaisir… OK ? 🙂 Car mes idées ici ne fonctionneront que ponctuellement.

2 – Les différentes approches afin de trouver l’inspiration pour un tableau

A – La peur de l’échec :

Celle-là, elle peut nous attraper n’importe quand. Une crise dans notre vie personnelle, un tableau raté, une sauce brulée et hop, blocage. Ce n’est pas grave. Gardez en tête que vous n’êtes pas le seul à vous êtes retrouvé paralysé. De plus, c’est un cercle vicieux : on se retient de dessiner ou de peindre, donc on peint moins… Donc on échoue plus ! J’aimerais cependant rappeler qu’un échec n’en est un que si on le considère comme tel. Vous pourriez très bien déterminer qu’il s’agissait simplement d’un essai qui n’a pas été concluant. Une tentative qui a mal tournée. Un tableau raté n’est pas le naufrage du Titanic. Il ne fait pas de vous un mauvais peintre. RE-LA-TI-VI-SE poulette/poulet, ça va bien se passer.

La surmonter :

Maintenant que le constat est posé, que faire ? Non parce que là, tout de suite, j’ai envie de peindre ! Et bien je vous propose déjà de vous installer dans un travail que vous connaissez. Un truc que vous êtes certain de réussir. Et de corser petit à petit. Prenez votre temps s’il le faut, mais surtout, restez à votre écoute. Pas la peine de vous brusquer si ce n’est pas le moment.

Et ensuite ? Après, vous pourrez appliquer les conseils suivants si le cœur vous en dit ma bonne âme. Et trouver l’inspiration pour un tableau dont vous serez fier et qui vous confortera dans une lancée positive. Consolidez-vous des succès, et ne faites pas trop cas des tentatives qui se finissent mal. Et apprenez à improviser. Tout essai porte en lui un potentiel, ne serait-ce que celui d’apprendre quelque-chose.

Trouver l'inspiration pour un tableau
Là, vous croyez que je sais ce que je fais ? Absolument pas. Ce sont des tests. Des essais. Aucun enjeu, que du plaisir. Et des idées futures.

B – La panne sèche de l’imagination :

Alors que vous vous apprêtez à peindre, vous voilà en pleine incrédulité. Et oui : vous n’avez pas envie de peindre ! Quelle ironie, vous qui adorez ça. Vous vous projetez dans l’acte et rien ne vient. Vous n’anticipez pas le plaisir du passage à l’acte. Dans votre tête c’est le point mort. Rien ne vous convient. Aucune idée ne trouve grâce à vos yeux. Vous maudissez votre Muse, elle vous a abandonné allé, reviens ! Pas de muse ici, simplement vos synapses vous disent “on a marre”. Il est temps de se renouveler, man ! Je vais vous donner quelques astuces pour garder l’esprit actif. A force d’entrainement, vous deviendrez un générateur à idée sur pattes. Prêt à trouver l’inspiration pour un tableau ?

Ouvrez un livre, visitez un musée :

Vos neurones ont besoin de frétiller à nouveau. Alors pour pêcher la nouveauté, je vous propose de faire un truc un peu fou : inspirez-vous chez les autres. Mais sans la volonté d’aller chercher l’idée du siècle, non. Plutôt dans un état de réceptivité parfait, “aware” quoi. On ouvre les yeux et on vit l’expérience. On s’immerge de formes nouvelles. Votre cerveau va s’occuper tout seul de faire le tri dans votre sommeil. Continuez à regarder, à regarder partout où vous le pouvez. Quand vous serez bien imprégné, vous pourrez commencer à intégrer les éléments dans vos compositions. Faites des croquis, testez des choses, ça viendra bien plus facilement que si vous aviez copié. Enfin, je pense. Parfois, il faut faire confiance à son cerveau.

trouver l'inspiration pour un tableau dans les livres
Ces formes, ces motifs, cette posture… Ca finira par ressurgir un jour, vous verrez.

Changez tout :

Autre approche, radicale par contre. Parfois, trouver l’inspiration pour un tableau, et seulement celui-ci seulement, nécessite un bouleversement temporaire. Changez le médium, changez vos couleurs, changez vos outils. Changez d’approche. Vous verrez, la créativité nait parfois dans des moments où l’on se contraint le plus. Vous êtes un habitué des glacis délicats de l’huile ? Passez à l’acrylique. Pour aimer barbouillez et modifier au fur et à mesure que l’idée vient ? Programmez votre tableau à l’avance. En gros : sortez de votre zone de confort et confrontez-vous à la difficulté.

Faites un tableau d’inspiration ou “mood board” :

Vous savez que vous aimez réaliser des peintures végétales ? Collectez des images inspirantes. Organisez-les, composez, faites des croquis, plein de croquis à partir de ces images.

trouver l'inspiration pour un tableau
Tableau d’inspiration sur le thème des motifs végétaux réalisés grâce à Pinterest. Ça aide à nourrir sa mémoire et ça ressurgit. Bon oui, il faut penser à le regarder de temps en temps.

C – Le bol de soupe d’idées.

Vous avez maintenant BEAUCOUP d’idées. Tant et tellement qu’elles se mélangent dans votre tête et finissent dans un gruau informe. Ça arrive. Tout vient en même temps, en permanence et vous ne parvenez plus à faire le tri. Résultat : cet effort mental vous a épuisé et une fois devant votre ouvrage, vous n’avez plus d’énergie. 

Disciplinez-vous : 

Ne pensez plus sans avoir un carnet sous la main. Chaque idée doit être acceptée et notée. Laissez le fil de votre réflexion se dérouler en notant tranquillement au fur et à mesure. Quand vous avez bien gribouillé votre papier, entourez les idées qui vous paraissent intéressantes. Puis réalisez de petits croquis de chacune d’elle. Conservez ces croquis dans une “boite à idée” : ce n’est peut-être pas le jour pour toutes, mais ça le sera peut-être ! Quand on vous posera la question, vous pourrez dire que trouver l’inspiration pour un tableau au fond d’une boite à chaussure est tout à fait possible.

Une idée vous parait plus folle, plus irréaliste que les autres ? C’est la bonne, mon coco. Choisis là et pousse la à fond. Une contrainte technique t’en empêche ? Je suis certaine que tu vas trouver une solution. Ne vous dites non, ça devient une rapidement une mauvaise habitude.

Étudiez le projet : qu’est-ce qui vous manque ? Avez-vous la possibilité de contourner le manque, ou devez-vous acheter quelque chose ?Une lacune technique vous empêche de réussir ? Quelles compétences vous manquent-ils ?

Donc, poussez à fond votre projet. Les idées vont suivre un cours plus dirigé et vous allez l’accoucher, cette idée-là vous allez voir. A force de vous interdire d’essayer, à force de vous dire “non, trop difficile”, vous finissez dans une spirale infernale… Et on revient à la peur de l’échec.

Apprenez des techniques :

Et enfin, pour arrêter cette spirale infernale de l’auto-interdiction et des lacunes techniques, nourrissez-vous de savoir-faire. Progressez en dessin technique, apprenez sur le tas s’il le faut. Regardez comment réaliser un moule, du papier mâché, du plâtre, n’importe quoi qui vous donne envie. Lorsque l’inspiration pour un tableau vous viendra, vous serez prêt. Votre cerveau trouvera tout seul le cheminement pour résoudre la contrainte technique. Vous saurez dessiner n’importe quoi. Plus de censure.

Voilà pour cet article. J’espère vous avoir donné des pistes pouvant vous aider à trouver l’inspiration pour un tableau. Je vous invite à partager vos problématiques et vos solutions en commentaires.

Sur ce, bonne peinture à tous et à toutes ! 😉

Artiste peintre et Chaman d'un monde qui n'existe pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

treize − onze =