Peindre à la gouache est souvent sous-estimé. Pourtant, cette technique est riche en possibilités picturales et permet des effets de fondus et de dégradés extrêmement fins, et l’exécution de détails très précis. Avant d’être une peinture d’écolier, la gouache est une peinture très ancienne. Comme l’aquarelle, le liant traditionnel de cette technique est la gomme arabique. Ainsi, on appelle cette technique “eau gommée” et remonte à l’antiquité. J’ai à cœur de vous faire découvrir cette technique souple et réversible, vous me suivez ?

1 – Petite présentation du matériel pour peindre à la gouache :

Pour cette peinture à l’eau, la bonne nouvelle est que vous avez besoin de trois fois rien ! En effet, la gouache, même sèche reste soluble. Du papier, une palette, quelques pinceaux et bien entendu, des tubes de peintures. Pour le papier, optez pour un papier aquarelle, moins absorbant et plus solide que des papiers à dessin.

peindre à la gouache
Un aperçu de mes couleurs gouaches.

Choisir sa marque de gouache :

Pour peindre à la gouache, il faut de la gouache ! Jusque là vous me suivez. Seulement, même si le choix est beaucoup plus limité qu’à l’acrylique par exemple, choisir reste difficile.

En terme de marque, j’ai pu tester les cinq suivantes : Lefranc & Bourgeois et leur gouache Linel, la gouache extrafine de Talens, de Pébéo, la gouache Designer de Winsor et Newton et la gouache fine de chez Lascaux. Je suis vraiment contente de leurs qualités respectives. Je tiens à souligner que la Linel est la seule à être composée de gomme arabique à 100%, ce qui lui donne un aspect “aquarelle” vraiment très beau et très agréable à travailler. La gouache Lascaux sort du lot, car il s’agit d’un liant acrylique modifié pour être réversible. Ainsi, elle est vraiment très adhérente sur presque tous les supports. Notamment sur toile : un liant à la gomme arabique adhère plus difficilement. La Pébéo et la Talens présentent un rapport qualité prix très intéressant et sont très agréables à utiliser.

peindre à la gouache test marques
Vous pouvez observer le comportement des 5 marques avec des pigments terre assez lourds. La Lascaux remporte la palme de la surface couverte pour la quantité, la W&N version Terre de Sienne est hyper lumineuse, la Linel ressemble beaucoup à l’aquarelle, et la Talens et la Pébéo sont exemplaires.

Choisir son support :

peindre à la gouache pinceau papier
peindre à la gouache ou à l’aquarelle, telle est la question…

Comme énoncé plus haut, le papier aquarelle est parfait. Il accepterait bien les pigments sans trop les absorber. Le liant reste en surface, mais pas trop non plus. On peut obtenir de beaux effets, de beaux aplats. Le papier aquarelle étant épais, il vous permettra de travailler proprement sans feuille qui gondole. Si vous avez ce problème, fixez la feuille à un support avec une bande de kraft gommé adhésif. 

Certaines personnes font le choix de peindre à la gouache sur toile. C’est un choix que je comprends. Mais la souplesse du support fragilise votre œuvre. A part si vous décidez de peindre à la gouache Lascaux, peindre à la gouache sur toile vous expose à de nombreuses craquelures à termes. De plus, vous aurez besoin de rendre la surface un peu plus absorbante à l’aide d’un apprêt spécial. Sinon, toute votre peinture restera en surface et vous ne pourrez pas appliquer de peinture dessus sans réveiller la couche du dessous.

Choisir ses pinceaux :

Presque tout est bon pour peindre à la gouache, tout dépend de ce que vous voulez faire et sur quel support. Sur un papier aquarelle bien solide, vous pouvez tenter de faire votre fond au pinceau synthétique ou en soies de porc, pourquoi pas ! La gouache permet beaucoup de liberté en terme de texture, vous pouvez y aller.

En revanche, lorsqu’on arrive à l’étape des détails ou qu’on veut ombrer avec un jus léger, mieux vaut choisir des pinceaux d’aquarelle. En effet, les poils naturels tels que le petit gris ou la martre ne vont pas accrocher la couche dessous et donc la dissoudre.

2 – Ce qu’il est possible de réaliser à la gouache

En terme de sujet ? Vous pouvez tout représenter à la gouache. La seule chose que vous ne pouvez pas faire sont les empâtements au risque de voir votre couche picturale s’écailler. Mais à part ce geste technique précis, la gouache est absolument parfaite pour tous les sujets. Effets de lumière, abstraction ou hyper réalisme : peindre à la gouache est une porte ouverte vers tous les univers. En effet, la gouache permet de peindre des aplats lumineux et lisses, mais aussi de très fins détails, extrêmement précis. La qualité extrafine permet une dilution assez avancée de la peinture sans qu’elle perde ni son velouté, ni son opacité. Oui bon ok, il ne faut pas la noyer non plus ! Mais à l’état de jus, elle ressemble énormément à une encre.

Comment peindre à la gouache ? Comment la travailler ?

Contrairement à l’aquarelle, la gouache est une peinture opaque. Elle se pose en épaisseur plus ferme, et l’objectif n’est plus de laisser la lumière du papier mais de la créer par les couleurs et adjonction de couleurs claires.Alors qu’à l’aquarelle, on part du plus clair pour foncer progressivement, à la gouache on fait plutôt l’inverse.

Voici ma technique. D’abord, on pose les aplats de couleurs. Cela permet d’avoir rapidement un aperçu de la peinture finale et nous permet d’ajuster les luminosités en temps réel.  Puis on les fond les uns dans les autres en suivant le volume. Ensuite, avec des jus très dilués, on vient rehausser des ombres… Et poser par-dessus les fortes luminosité avec des couleurs plus “pâteuses” et moins diluées. Avec la gouache, on a vraiment le contrôle sur les rends bords, nets ou flous.

Grâce à son opacité, on peut aussi travailler sur papier coloré, voire franchement noir ! Peindre à la gouache permet de vraiment jouer avec la couleur de son support.

La gouache c’est pour qui ?

J’aurais envie de dire “pour tous”, car j’aime vraiment cette technique. Cependant, sa fragilité impose un encadrement dans les règles de l’art si on veut l’exposer. Car, contrairement à l’acrylique dont le film est souple, et à l’huile dont le film protège très bien les pigments, la gouache est sensible à l’humidité mais aussi aux craquelures et aux outrages du temps. Donc, pour les artistes peintres qui souhaiteraient peindre sur toile ou support prêts à accrocher : je déconseille.

En revanche, la gouache est un trésor pour les illustrateurs, les designers… De part la finesse des détails qu’elle autorise, elle permet beaucoup de liberté dans le sujet, dans sa gestion aussi… Ainsi que beaucoup de réalisme. Les effets de textures sont saisissants. On range sa peinture dans un carton à dessin et hop, elle est prête à passer les siècles à venir.

“Oiseau chanteur” gouache sur papier A5 par Serely

J’espère vous avoir inspiré grâce à cet article et je vous souhaite bonne peinture à tous 😉

Artiste peintre et Chaman d'un monde qui n'existe pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un + dix-huit =